Télécharger
04906

DORÉ, Gustave

Strasbourg, Bas-Rhin 1832 - Paris 1883

Ménades dans les bois

Maenads in a Wood

1879

plâtre

relief

Dimensions (HxLxP) : 120 x 196,1 x 25,1 cm

sur le devant, sur le bord inférieur droit : Gve Doré

N° d’inv. : 1994.192

Mention légale : Gift of Mr. and Mrs. John L. Gardner in honor of Perry Townsend Rathbone and European Decorative Arts and Sculpture Curator's Fund

Crédit photo : Museum of Fine Arts, Boston

© Artiste :


Historique

  • Le Mesnil le-Roi, collection du Dr. Bibring
  • avant 1994, Bahamas, Samuel Clapp, Fiduciary Trust Company Limited
  • 1994, 22 juin, vendu par Clapp au MFA, don de Mr. et Mrs. John L. Gardner en l'honneur de Perry Townsend Rathbone et European Decorative Arts and Sculpture Curator's Fund

Bibliographie

  • Museum's website, 27 February 2012 and 20 March 2012
  • 2007 Zafran
    Eric Zafran, Fantasy and Faith - The Art of Gustave Doré, New Haven and London, Yale University Press, 2007, p.172, repr.
  • 1991 Clapp, Lehni
    Samuel F. Clapp, Nadine Lehni, "Une introduction à la sculpture de Gustave Doré", Paris, Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art français, p. 220-253, p. 242, repr.

Commentaire

  • Site web du musée, 13 juillet 2011 :
    Sculpture en plâtre de grande échelle représentant en haut relief la mort d’Orphée. Dans une composition triangulaire, une douzaine de nymphes dansent et se réjouissent devant des bois et au bord d'un ravin. La plupart des figures voluptueuses et tournoyantes sont représentée nues, bien que certaines soient partiellement recouvertes avec des draperies et des voilages. La figure centrale porte un tambourin au-dessus de sa tête et trois autres empoignent des branches d’arbre.
    Gustave Doré, connu principalement pour ses illustrations de livres, ses gravures et ses peintures, s’est tourné vers la sculpture à la fin de sa carrière. Ce ne fut qu’en 1871 qu’il commença à apprendre à modeler et il exposa sa première sculpture au Salon de 1877.
    Ce relief en plâtre est la seconde version d’une sculpture inspirée par sa peinture de 1879 de la Mort d’Orphée. Doré utilisa le même arrière-plan et la même composition dans les deux reliefs ; cependant, ici Orphée décédé est absent et les figures féminines des bois ne sont pas armées. Il a représenté une danse bacchique des Ménades, suivantes de Dionysos, dieu du culte orphique, qui, dans une frénésie délirante, tua Orphée. Ce relief peut avoir été envisagé comme servant de décoration architecturale.