French Sculpture Census

LE BUSTE, LE FEU, LA HUNTINGTON

David d'Angers, George Washington, San Marino, Huntington Library

Un buste de George Washington au mystérieux passé sera exposé demain à la Huntington Library, Art Collections et Botanical Gardens

Communiqué de presse, 7 juin 2011
SAN MARINO, Calif.— Un buste colossal en marbre de George Washington par l'artiste français Pierre-Jean David, dit David d’Angers (1788–1856), qui se trouve dans la collection de la Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens, sera exposé à partir de demain après avoir été l'objet d'analyses qui suggèrent qu'il a traversé un incendie important. Cette découverte vient confirmer la réputation d’oeuvre au passé mystérieux.

Dans le cadre de ses responsabilités actuelles de préservation et examen des collections d'art européen à la Huntington, Catherine Hess, conservateur en chef de l'art européen, engagea fin 2010 le restaurateur de Los Angeles John Griswold pour qu'il analyse et traite le buste. Le rapport de Griswold fit état de salissures et de taches dues à des particules comme de la suie ; de dégâts dans les cristaux du marbre, notamment des écailles qui semblaient s'être détachées spontanément ; et d'une fine craquelure sur le dessus de la tête qui pouvait être le résultat de l'expansion causée par l'exposition à la chaleur intense d'un feu. Cette information apportait une preuve scientifique venant à l'appui de ce qui avait été avancé dans des articles de journaux et d'autres documents anciens mais qui n'avait jamais pu être démontré.

La sculpture de 180 kgs, datée 1832, fut commandée par le Gouvernement français comme cadeau pour les Etats-Unis. Sa présence dans la Bibliothèque du Congrès, alors localisée dans l'aile occidentale du bâtiment du Capitole à Washington, D.C., lorsqu'un incendie dévastateur y éclata en 1851, est attestée. Noircie et criblée de trous, l'oeuvre était apparemment considérée comme ruinée au-delà de toute réparation possible et fut jetée avec d'autres décombres du feu. D'après certaines informations, elle trouva son chemin jusqu'à une cour arrière de maison, où elle resta jusqu'en 1914 quand elle fut vendue comme chute de marbre. Le morceau fut ensuite acheté par un marchand de New York, et son identification avec l'oeuvre qui se trouvait dans le Capitole fut discutée dans le magazine Art and Archeology en 1918.

Henry E. Huntington acquit le buste en 1924, mais le garda en réserve peut-être parce que le New York Times et d'autres publications critiquèrent la vente à un collectionneur privé d'un trésor national redécouvert. Le Garde des Sceaux fit aussi parler de lui lorsqu'il remit en question l'authenticité de l'oeuvre.

Depuis 1984, le buste a été exposé par intermittence à la Huntington. Nouvellement nettoyé, il sera installé demain à une place d'honneur, en face du célèbre bronze grandeur nature de Diane du sculpteur français Jean Antoine Houdon (1741–1828).

Catherine Hess, Huntington Library, San Marino"Nous avions toujours pensé avoir une oeuvre de grande qualité," dit Catherine Hess. "David d'Angers était un portraitiste prolifique dont le style suave alla au-delà du goût néo-classique plus austère du tournant du XIXe siècle. J'aime beaucoup son oeuvre et j'avais hâte d'exposer à nouveau cette pièce majeure de son oeuvre. La preuve suggérant qu'elle a été dans le capitole rend tout cela encore plus excitant. C'est une histoire extraordinaire qui s'est jouée sur presque deux siècles, et une histoire que nous sommes ravis de partager avec les visiteurs de la Huntington."

Une part de mystère autour de l'oeuvre perdure cependant. Lorsque Catherine Hess contacta les conservateurs du Capitole, ils ne purent jamais trouver de preuve que le buste ait jamais été là. Mais des lettres écrites par David d'Angers ainsi que des coupures anciennes de journaux suggèrent que, en effet, son buste se trouvait au Capitole au moment de l'incendie. L'artiste a écrit : "J'ai appris hier en lisant un journal américain l'incendie de la Bibliothèque à Washington ; le buste colossal que j'ai envoyé en Amérique est détruit par le feu."

En 1904, des personnalités officielles françaises offrirent en remplacement aux Etats-Unis un exemplaire en bronze du buste. Ce bronze est maintenant exposé à l'entrée de la Chambre des représentants au Capitole.

Chronologie

1827 - Le gouvernement français rassemble l'argent par souscription nationale pour que Pierre-Jean David, dit David d’Angers, sculpte un buste de George Washington afin de l'offrir aux Etats-Unis de la part du peuple français.

1828 - David d’Angers sculpte un modèle en plâtre du buste. Peu après, la version en marbre est offerte aux Etats-Unis et l'on dit qu'elle a été exposée dans la Bibliothèque du Congrès, qui était localisée à cette époque dans l'aile occidentale du Capitole à Washington, D.C.

1851 - Le soir de Noël, un incendie éclate dans la Bibliothèque du Congrès.

1852 - Apparemment, le buste en marbre est jeté avec les décombres de l'incendie.

1904 - Des personnalités officielles françaises offrent aux Etats-Unis un exemplaire en bronze du buste en remplacement du marbre que l'on pensait détruit. Ce bronze est actuellement exposé à l'entrée de la Chambre des représentants au Capitole.

1914 - Le marchand de New York James Klaber acquiert le buste pour 25 $ de quelqu'un qui l'avait conservé dans la cour arrière de sa maison. Après avoir nettoyé le marbre, Klaber demande l'avis d'experts qui lui disent que c'est une oeuvre d'art authentique.

1918 - John J. Klaber, le fils du marchand, publie dans Art and Archeology la découverte de son père et dit que la pièce est une oeuvre de David d'Angers que l'on pensait perdue dans l'incendie de 1851. Le buste est confié pour vente à Mitchell Kennerley de Anderson Galleries à New York.

1924 - Kennerley vend le marbre à Henry E. Huntington. La découverte de l'oeuvre et la vente à Huntington font la une des journaux nationaux.

1984, 2001–2007 - Le buste est exposé dans la loggia près des salles Virginia Steele Scott d'art américain à la Huntington.

2010 - L'oeuvre est envoyée au restaurateur de Los Angeles John Griswold pour nettoyage et analyse de routine.

2011 - Griswold détermine que le buste a été soumis à une chaleur intense, peut-être un incendie, apportant ainsi une preuve scientifique à ce qui avait été avancé précédemment par la presse et dans d'autres documents.
Le 8 juin, Catherine HESS, conservateur en chef de l'art européen à la Huntington, installe l'oeuvre dans les salles de la Huntington Art Gallery.

(Traduction : Laure de Margerie)

Illustrations :
1. Pierre-Jean DAVID D'ANGERS, George Washington, 1832, marbre, San Marino, The Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens, 19.5 (ph. © The Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens)
2. Catherine Hess, conservateur en chef de l'art européen à la Huntington Library (ph. © The Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens)