French Sculpture Census

GENÈSE D’UNE ŒUVRE SCULPTÉE

Fiche pédagogique rédigée par Jean-Marc Basserue, professeur d'arts plastiques, Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, 2012
(http://www.valenciennes.fr/fileadmin/PORTAIL/VA/culture/musee/pdf/page-accueil/la_sculpture-web.pdf)
(je remercie Emmanuelle Delapierre, directrice du Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, de m'avoir autorisée à la reproduire).

Si le mot sculpture renvoie aujourd’hui à des réalités très diverses, avec une multiplication sans précédent des types, des matériaux et des procédés, au XIXe siècle en revanche, les matières et les métiers de la sculpture restent traditionnels. Rudolf Wittkower dans son ouvrage Qu’est-ce que la sculpture ? rappelle qu’au 1er siècle av. J.-C., Pline, dans son Histoire Naturelle, mentionnait trois catégories à l’intérieur du domaine de la sculpture :
• La « fusoria », qui est l’art de fondre les métaux.
• La « plastica », celui de travailler l’argile ou la cire.
• La « scultura », l’art de travailler la pierre.
Ces trois catégories définissent des types de métiers liés à la sculpture, et l’image du sculpteur s’attaquant à un bloc de pierre pour en faire surgir une œuvre définitive, même si elle n’est pas totalement inexacte (de nombreux sculpteurs dont Michel-Ange ont pratiqué la taille directe), ne correspond pas à la pratique la plus courante du métier, surtout au XIXe siècle. Dans la plupart des cas, de nombreuses personnes interviennent dans le processus de création de la sculpture. Celui qui est considéré comme le sculpteur est le concepteur ; il se charge d’imprimer son idée dans la cire, ou l’argile qu’il modèle. A partir de ce modèle originel, les étapes vont varier en fonction du matériau qui servira à la réalisation de l’œuvre définitive.

Depuis l’époque classique, le processus d’élaboration d’une œuvre sculptée achevée s’effectue en principe selon deux phases distinctes :
- un travail préparatoire de conception et de recherche qui aboutit à la création d’un modèle original,
- un travail d’exécution qui consiste à façonner ou faire façonner par des exécutants (praticiens, fondeurs) l’œuvre achevée à partir du modèle original.
Avant d’exécuter un modèle, le sculpteur le préfigure généralement par des dessins : avant de le faire en marbre ou en pierre, l’artiste commence par jeter sa pensée sur le papier.
Le plus souvent après avoir jeté sa pensée sur le papier, le sculpteur façonne une esquisse en terre. Cette esquisse lui permet de juger l’effet général de la composition et de l’envisager sous tous ses aspects, qu’il s’agisse d’une ronde bosse ou d’un bas-relief.
La dernière étape du travail préparatoire et de conception consiste à façonner dans un matériau plastique (modèle en cire, en terre, ou en plâtre) un modèle définitif.
Seule la technique de la taille avec mise-aux-points exige le façonnage successif de deux catégories de modèles : un premier modèle en terre ou en cire, puis un modèle en plâtre, modelé ou moulé, reproduisant le premier. Le modèle en terre est trop fragile pour résister à une mise-aux-points.

Pour appréhender la genèse d'une sculpture taillée, vous pouvez  regarder le film :
La Genèse d'une sculpture, par Adam-Tessier, réalisé par Olivier Clouzot et Julien Pappe (13 minutes, noir et blanc), faisant partie de la Roland Collection of Films on Art (www.rolandcollection.com, bande-annonce gratuite, téléchargement payant).

Ci-dessous quelques termes décrivant la genèse d'une sculpture tirés du très utile :
Marie-Thérèse Baudry et Dominique Bozo, Principes d'analyse scientifique. La Sculpture, Méthode et Vocabulaire, Paris, Ministère de la Culture, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Imprimerie nationale, 1978

AGRANDISSEMENT
Copie à plus grande échelle d'une oeuvre sculptée. Les agrandissements exécutés à l'aide de procédés mécaniques, sans le concours de l'auteur de l'oeuvre à reproduire, sont des agrandissements mécaniques. (p. 550)

COPIE
Reproduction fidèle ou imitation d'une oeuvre sculptée au moyen des techniques et des procédés de la sculpture. La copie, quel que soit son matériau constitutif ou ses dimensions, respecte toujours la composition et quelque peu l'expression de l'oeuvre qui lui sert de modèle. (p. 549)

ÉBAUCHE
Premier état d'une oeuvre définitive en pierre ou en ivoire, correspondant à l'exécution de travaux préliminaires avant le traitement des détails. Sur l'ébauche n'apparaissent que les masses principales et les parties essentielles du modèle. L'ébauche, qui procède de l'esquisse par la conception et des études partielles, ne doit pas être confondue avec elles. (p. 548-549)

ESQUISSE MODELÉE
Oeuvre modelée en terre ou en cire, d'une facture libre et de petites dimensions, représentant sommairement la première pensée d'une composition projetée. L'esquisse qui correspond à un travail d'approche de l'oeuvre définitive précède l'exécution du modèle définitif. Elle indique les formes que celui-ci devra avoir et ne comporte aucun détail. L'esquisse, oeuvre antérieure à l'oeuvre définitive, ne doit pas être confondue avec l'ébauche, oeuvre définitive inachevée. (p. 555)

ÉTUDE
Modelage exécuté d'après nature et représentant une partie (pieds, mains) ou la totalité du corps humain, ou tout autre modèle naturel. Les études peuvent être exécutées pour elles-mêmes ou en vue de préparer la réalisation d'une oeuvre définitive. Les études peuvent, selon les cas, être traitées sommairement et ne présenter que l'attitude générale et le mouvement d'ensemble d'une figure, ou au contraire être très poussées. (p. 555)

MAQUETTE
Modèle en ronde-bosse ou en relief, le plus souvent exécuté en terre ou en cire, parfois en carton ou en bois, représentant à échelle réduite le sujet et la composition de l'oeuvre définitivement projetée. Les maquettes, qui se caractérisent par leur antériorité par rapport à l'oeuvre définitive et représentent aussi bien une figure qu'un monument ou un décor sculpté, peuvent être peintes ou vernies pour être montrées au public ou au commanditaire. Ne pas confondre maquette et esquisse. (p. 548)

MODÈLE
Ce que le sculpteur se propose d'imiter et qui lui sert de guide dans son travail. Le modèle peut être emprunté à la nature (homme ou femme qui pose dans les ateliers, animal) ou à des domaines artistiques différents (peinture, mosaïque, miniature, étoffe). Ce peut être aussi un dessin plus ou moins poussé de l'auteur, un modèle original en terre, en plâtre ou en cire à échelle réduite ou à grandeur d'exécution, une oeuvre définitive en quelque matériau que ce soit ou une reproduction. Chaque technique de la sculpture suscite le choix et l'emploi d'un modèle particulier. Le grand modèle ou modèle dit à grandeur définitive a les dimensions de l'oeuvre définitive. (p. 547-548)

MODÈLE DÉFINITIF OU ORIGINAL
Modelage très fini, le plus souvent à vraie grandeur d'exécution, destiné à être reproduit ou traduit par une autre technique (moulage, taille, fonte). Le modèle définitif est appelé le plus souvent Modèle original. (p. 555)

MODÈLE PRÉPARATOIRE
Modelage à échelle réduite qui n'a pas tout le fini souhaité et qui représente une première approche de ce que sera le modèle original. (p. 555)

MOULE
Ensemble des éléments en matériaux appropriés (plâtre, gélatine, terre) délimitant une empreinte destinée à recevoir une substance à l'état liquide ou pâteux qui, après solidification, prend la forme de cette empreinte et reproduit la sculpture qui a servi de modèle. Le moule est composé d'un ou plusieurs éléments. Il est dit monobloc, lorsque l'empreinte n'est pas fractionnée : moule monobloc en matière plastique. Les éléments du moule sont la pièce ou pièce-chape, la chape, la chapette, etc. Les éléments qui sont en contact direct avec le modèle apparaissent en creux pour les parties en relief et inversement. Il existe plusieurs catégories de moules : le moule à bon-creux en plâtre, en gélatine, en matière plastique, en bois, etc., et le moule à creux-perdu. (p. 562)

PROJET
Esquisse dessinée d'un monument ou d'un décor sculpté qui donne des indications sur l'oeuvre à réaliser. Le projet est exécuté le plus souvent pour être soumis à un commanditaire. (p. 547)

RÉDUCTION
Copie à plus petite échelle d'une oeuvre sculptée. Les réductions exécutées à l'aide de procédés mécaniques, sans le concours de l'auteur de l'oeuvre à reproduire, sont des réductions mécaniques. (p. 550)

RÉPÉTITION
Copie exacte d'une oeuvre définitive exécutée par l'auteur de celle-ci ou sous sa direction. La répétition reproduit fidèlement la composition, les dimensions et la matière de l'oeuvre définitive originale et porte parfois la signature de l'auteur. Les répétitions exécutées par l'auteur lui-même sont des oeuvres authentiques. Le terme s'applique en particulier aux oeuvres sculptées par le procédé de la taille avec mise-aux-points. (p. 549)

RÉPLIQUE
En sculpture, copie d'une oeuvre définitive exécutée par l'auteur de celle-ci ou sous sa direction mais qui diffère de son modèle par son matériau, ou par ses dimensions, ou encore par les deux à la fois. Une réplique plus petite que l'oeuvre servant de modèle est appelée Réplique réduite. Une réplique plus grande que l'oeuvre servant de modèle est appelée Réplique agrandie. Les répliques sont des oeuvres authentiques. ex.: Réplique en terre cuite d'une oeuvre en pierre ou en bronze. (p. 549)