French Sculpture Census

L'OURS ET LE GORILLE DE FREMIET

Texte par Robert G. LA FRANCE, Ph.D., conservateur de l'art pré-moderne, Krannert Art Museum, University of Illinois at Urbana-Champaign, www.kam.illinois.edu

Emmanuel Fremiet, ph. Nadar

Le sculpteur français Emmanuel Fremiet (1824-1910) est connu comme artiste animalier et comme professeur de dessin zoologique au Jardin des Plantes, tout à la fois muséum d'histoire naturelle, zoo et jardin botanique de Paris.

Fremiet, Ours écrasant un homme de l'âge de pierre, Champaign, Krannert Art Museum Fremiet, Gorille enlevant une femme de l'âge de pierre, Champaign, Krannert Art Museum

Les sculptures en bronze Dénicheur d'oursons et Gorille enlevant une femme de l'âge de pierre montrent les connaissances de Fremiet en matière d'anatomie animale et de paléontologie, ainsi que son intérêt pour les combats entre animaux et premiers humains. Un modèle en plâtre pour le Dénicheur fut exposé au Salon de 1885, et le plâtre du Gorille emporta une médaille d'honneur au Salon de 1887.

Ces deux bronzes ont fasciné et dérangé leurs spectateurs depuis plus d'un siècle. Le comportement proche de l'humain des ours et des grands singes et la croyance populaire en leur proximité avec les humains ont captivé les esprits après la publication de L'origine des espèces (1859) et de La Filiation de l'homme (1871) de Charles Darwin. Les films de Hollywood comme King-Kong (1933,1976, 2005) et le débat sur l'enseignement de la théorie de l'évolution montrent que ces sujets continuent à préoccuper le public aujourd'hui.

Les sympathies de Fremiet se portent clairement du côté des animaux dans ces batailles entre les hommes primitifs et leurs ancêtres les plus proches. Le gorille et l'ours ont tous deux été trompés et ils cherchent vengeance ou représailles. Au premier coup d'oeil, le gorille mâle semble avoir enlevé une innocente femme des cavernes. Mais une blessure sur le flanc gauche du gorille et la présence d'une flèche brisée indiquent que c'est le gorille qui a été attaqué. Un examen plus rapproché révèle que la femme a attaché dans ses cheveux une demi-mâchoire de gorille, suggérant qu'elle appartient à un clan de chasseurs de gorilles. La mâchoire permet au spectateur de comprendre l'action du gorille.

Dans le Dénicheur de Fremiet, les armes de l'homme préhistorique, la peau animale et le collier de griffes d'ours l'identifient comme chasseur. Fremiet montre aussi un ourson étranglé par un noeud coulant à la ceinture de l'homme et inscrit sur la base "DENICHEUR D'OURSONS". Ainsi, la rage de l'ours est vengeance pour le meurtre de son petit.

Fremiet, Gorille enlevant une femme de l'âge de pierre, réduction, Champaign, Krannert Art Museum

Le petit bronze de Gorille emportant une femme de l'âge de pierre est une réplique réduite du plâtre couronné par la médaille d'honneur. La petite version a conservé la flèche qui perce l'épaule du gorille ; ce dernier a une patine noire qui ajoute au drame et rend les figures plus vivantes.

LORADO TAFT ET EMMANUEL FREMIET

Depuis son inauguration en 1988, l'entrée monumentale en verre du Pavillon Kinkead abrite Les Aveugles, un bronze colossal tiré du modèle en plâtre de Lorado Taft (1860-1936), le plus célèbre sculpteur du Midwest du début du XXe siècle, et un ancien élève de l'Université de l'Illinois (licence en 1879, maîtrise en 1880). De 1925 à la mort de Taft, le Gorille et l'Ours de Fremiet ont flanqué l'entrée de son atelier sur le Midway à Chicago. Aujourd'hui, ils accueillent les visiteurs à l'entrée du Krannert Art Museum.

Muséum d'histoire naturelle, New York

Fremiet a fait fondre les deux bronzes en 1899-1900 pour le député Benjamin T. Cable (1853-1923) de Rock Island, Illinois (Démocrate du 11e district, 1891-1893). Quoique Cable ait prévu de les donner à son ancienne université, l'Université du Michigan, ils ont été exposés à la place au Muséum américain d'histoire naturelle de New York, jusqu'à ce que sa veuve, Maria Benton Cable, les envoie à Lorado Taft à Chicago.

Lorado Taft Atelier de Lorado Taft, Midway, Chicago

Mrs. Cable avait entendu Taft faire des conférences et avait visité son atelier, où les artistes et les éminents amateurs d'art de l'Illinois se rencontraient. Taft mort [1936], l'Université de l'Illinois acheta le contenu entier de son atelier et l'envoya à Urbana. Bien que les sculptures de Fremiet ne fissent pas partie de sa succession, elles furent envoyées en même temps. Peu après, le fils de Cable, Philander L. Cable, les accorda à l'université en prêt de longue durée. Vers 1954, elles rejoignirent les sculptures de plein air dans le parc Robert Allerton à Monticello.

En 1959, Martha Barcroft Cable Rankin, la veuve de Philander, donna officiellement les sculptures de Fremiet à l'université, et en 1977, le Krannert Art Museum devint leur propriétaire officiel. En 1980, elles parcoururent les Etats-Unis au sein de l'exposition à succès The Romantics to Rodin organisée par le Los Angeles County Museum of Art. Malgré la reconnaissance nationale de leur statut de chefs d'oeuvre, les bronzes ne furent exposés au Krannert Art Museum que huit ans plus tard. A la suite d'une controverse en 1989 (voir ci-dessous), ils retournèrent à Allerton Park jusqu'en 2006, date à laquelle la National Gallery of Art de Washington D.C. les inclut dans l'exposition, Henri Rousseau: Jungles in Paris. Le musée prévoit d'exposer les bronzes jusqu'à ce que des fonds soient trouvés pour leur installation permanente à Allerton Park.

SEXISTE ET RACISTE ?

En février 1989, un groupe de quatre artistes de l'Université de l'Illinois appelé CCx4 (Constructive Criticism Times Four) exposa une oeuvre à l'exposition annuelle de l'université qui attaquait le musée et l'accusait de privilégier la culture masculine, blanche et morte, déclara le Gorille et l'Ours de Fremiet sexistes et racistes et demanda que les bronzes soient fondus. Bien que leurs accusations aient trouvé leur origine dans une histoire des discriminations auxquelles sont sujets les artistes femmes et ceux appartenant à des minorités, l'appel radical de CCx4 à détruire les oeuvres déclencha des accusations de censure dans la presse locale et nationale. D'autres affirmèrent que la grande qualité des bronzes, leur lien avec la réception de la théorie de l'évolution de Darwin et la compassion que Fremiet montrait envers les animaux justifiaient leur exposition.

Finalement, les défenseurs des statues arguèrent que la même liberté d'expression artistique qui protégeait l'oeuvre de CCx4 s'appliquait aussi aux sculptures de Fremiet. Le Krannert Art Museum continue à accomplir son devoir de protéger, montrer et interpréter les oeuvres d'art, que ce soit celles de Fremiet ou de CCx4.

Robert G. LA FRANCE, Ph.D.
Conservateur de l'art pré-moderne
Krannert Art Museum, University of Illinois at Urbana-Champaign
www.kam.illinois.edu

Illustrations :
1. Emmanuel Fremiet (1824-1910) (ph. Wikimedia, Nadar pour le Chocolat Félix Potin)
2. Emmanuel Fremiet, Dénicheur d'oursons, Champaign, Krannert Art Museum, 1960-3-1 (ph. Krannert Art Museum)
3. Emmanuel Fremiet, Gorille enlevant une femme de l'âge de pierre, Champaign, Krannert Art Museum, 1960-3-2 (ph. Krannert Art Museum)
4. Emmanuel Fremiet, Gorille enlevant une femme de l'âge de pierre, réduction, Champaign, Krannert Art Museum, 1995-6-1 (ph. Krannert Art Museum)
5. Le Museum américain d'histoire naturelle, New York (ph. Wikimedia, ingfbruno)
6. Le sculpteur Lorado Taft (1860-1936) (ph. Wikimedia, Library of Congress, ggbain.07250)
7. L'atelier de Lorado Taft sur le Midway à Chicago (ph. Wikimedia, Antonio Vernon/TonyTheTiger)